Demande du Commanditaire : Que tout le monde puisse sentir l'odeur des autres

 

Artistes : Loic Warnotte, Mathilde Faure 

 

"Que tout le monde puisse se sentir"  a été présenté le samedi 8 novembre dans la petite pré situé à côté du parking des taxis (Gare des Guillemins).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La grande problématique de cette commande, c'est celle de l'intimité. Une barrière physique, sociale et psychologique empêche les gens de se «sentir» entre eux, à plus forte raison dans une société où l'on cherche le plus possible à masquer les odeurs, à « sentir bon »...

 

Pour répondre au désir de notre commanditaire, il fallait créer un espace où l'on puisse accepter de partager une chose aussi intime que son odeur corporelle.

 

Nous avons envisagé un colin-maillard olfactif où l'aspect ludique contribuerait à transcender le tabou qui nous intéresse, mais nous avons aussitôt rejeté cette proposition, au regard du peu de gens qu'elle serait susceptible d'intéresser.

 

Nous avons rêvé de capturer des odeurs « véritables », dans la lignée de l’artiste Cissel Tolaas qui reproduit des parfums de villes, de première guerre mondiale, etc. Mais nous sommes loin d'avoir les compétences et les moyens financiers nécessaires.

 

C'est à ce moment que l'une d'entre nous glisse cette réflexion : « Après tout, le lit n'est-il pas le lieux de la vie quotidienne où l'on puisse le mieux sentir l'odeur des gens?»

 

Nous trouvons là matière à exposer cette intimité...

 

Nous avons pris contact avec douze personnes d’âge et de sexe différents. Nous leur avons demandé de ne pas changer leurs draps jusqu'à la date de l’exposition.


Le samedi 8 novembre, nous avons recréé douze lits sur l'étendue d'herbe située devant le container. Nous les avons exposés à l'air libre entre 11h et 17h30.


L'idée était de permettre aux passants d'accéder et même de s'immsicer dans l'intimité d'une personne inconnue par le biais de son odeur imprégnée ici dans ses draps. Chaque lit était surmonté d'un prénom du (des) propriétaire(s) rendant plus évident encore le caractère intime de la rencontre. 

 

Loic Warnotte, Mathilde Faure (étudiante en Bac3 à l'Esact)